Choisir son matériel d’alpinisme selon son niveau et les courses

L’alpinisme, discipline aux multiples facettes, réunit des adeptes de tous horizons et de tous niveaux. Selon qu’on soit débutant, qu’on ait déjà vécu une première expérience en montagne, qu’on soit habitué aux courses glacières ou qu’on soit familier des pentes de 90°… diverses courses et divers programmes s’offrent à soi. Il faut cependant savoir qu’en fonction des courses et à chaque niveau, correspond un matériel adéquat.

Les vêtements

Le choix des tenues pour l’alpinisme doit répondre aux critères de confort, d’imperméabilité, de respirabilité et de régulation thermique. La pratique de ce sport est en effet soumise à des conditions extrêmes. Quel que soit le niveau ou la course, ce choix repose sur le système des trois couches. La première couche est celle qui tiendra le corps au sec. On choisira donc un tee-shirt technique et respirant, en fibres synthétiques ou en laine merinos. La seconde couche gardera le corps au chaud. On privilégiera les polaires ou les doudounes légères. La troisième couche va protéger le corps du vent et des intempéries et doit être à la fois imperméable et respirante. En ce qui concerne le bas, le pantalon de montagne est de mise (imperméable et coupe vent pour l’alpinisme classique, léger , résistant et/ou coupe vent pour les rochers grandes voies, chaud imperméable ou coupe vent pour les cascade et goulotte.

Les chaussures ont aussi une importance capitale. Leur choix répondra à des critères de confort, de rigidité. On optera pour des chaussures d’alpinisme qui protègent bien les chevilles, aux semelles type Vibram et compatibles avec des crampons. Si l’on aura à affronter des cascades et des goulottes, on prendra des chaussures thermiques tandis que pour les approches sans neige, des chaussures de randonnée légère ou de trail feront l’affaire. Font aussi partie des vêtements les autres accessoires comme les chaussettes, lunettes, casquette ou bonnet, guêtres (pour les rochers de grandes voies)…

Le matériel technique

On l’aura bien compris, on préparera bien son sac avant d’aller en montagne. Et, bien évidemment, le choix du sac à dos est primordial. Le principe est d’alléger le plus possible sans oublier le nécessaire. En général, un sac à dos de 30.l à 40.l est suffisant à moins qu’on ne bivouaque (on optera alors pour un 50-60.l). Un sac de 15 à 20.l peut en outre être nécessaire pour les grandes voies. Une fois qu’on a choisi son sac, on préparera avec soin ce qu’on aura à mettre dedans. Pour un alpinisme classique par exemple, le minimum qu’on doit avoir dans son sac comprendra des crampons, avec antibottes, classique 12 pointes, un piolet classique, un baudrier, un casque de montagne, un couteau, une couverture de survie, une crème solaire et protection lèvres, une trousse de toilette minimale, une boîte à pharmacie personnelle, une pochette étanche pour mettre ses papiers. Toujours dans le cas d’un alpinisme classique, s’il s’agit d’un itinéraire glaciaire, on aura besoin en outre de 2 mousquetons simples, de 2 à vis, de 2 anneaux de sangle 120cm, de 2 broches à glace, de 2 autobloquants.

Le matériel, en plus, dépendra de la course (selon qu’il s’agisse d’un site équipé, d’une voie partiellement équipée, de voie peu ou non équipée) ou qu’on soit seul, avec un compagnon ou en collectif. Quand on est à plusieurs cordées, en effet, il n’y a pas « forcément » besoin d’avoir certains matériels, comme la boussole ou encore le topo de l’itinéraire, en double.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *