La Face Nord des Droites

Pour les adeptes de l’alpinisme comme Vincent de Bentzmann, le versant nord « abrite » les voies les plus difficiles des Droites, ce sommet du massif du Mont-Blanc situé dans les Alpes culmine à 4000 mètres. Il s’agit là d’un réel défi, même pour les plus expérimentés. Ce n’est donc pas vraiment « l’endroit » conseillé pour les plus novices. Dans tous les cas, une bonne préparation est de mise.

Se préparer et s’équiper pour la Face Nord des Droites

D’une manière générale, pour pouvoir réussir la Face Nord des Droites, il faut avoir suivi un entraînement régulier et avoir eu des expériences en haute altitude, en courses glaciaire et mixte. Plusieurs 4000 moins difficiles sont alors recommandés avant de s’attaquer à la « bête ». En tout cas, la préparation inclut également une lecture approfondit du Topo et une visualisation de la voie au grand jour. D’autres documents comme les comptes rendus de courses peuvent également être d’une très grande aide. Sinon, pour une meilleure sécurité, un encadrement est recommandé.

Concernant l’équipement, il est conseillé d’être le plus léger possible, sans toutefois rien oublier. Là, le matériel adéquat serait celui s’adressant à un terrain glaciaire et mixte, comprenant corde, piolet, baudrier , crampons , pitons , marteau , broches , friends… Bien évidemment, les tenues vestimentaires doivent être appropriées à de très basses températures (même en avril, il peut faire -10°C) et il peut être fort utile de se munir de gants de rechange. Enfin, les éléments de protection sont également de mise (lunettes, crèmes, casques, frontale , etc.), tout comme les outils pour s’orienter (carte notamment) et ceux de secours (mousquetons à vis, broches…).

Les différents itinéraires de la Face Nord des Droites

Pour la petite histoire, ce sont les deux alpinistes Maurice Davaille et Philippe Cornuau qui ont réussi à « vaincre » la Face Nord des Droites pour la première fois en 1955. Ils ont alors mis 6 jours pour l’ascension, ce qui a conduit les gens de la Vallée à penser qu’ils étaient décédés. Mais la voie qu’ils ont empruntée, portant le nom du premier (Davaille), n’est désormais plus très « prisée ».

Actuellement, les voies les plus choisies pour cette aventure de toute une vie sont la Ginat, la Jackson, la Messner, ou encore la Colton-Brooks. Mais certaines combinaisons sont également possibles, comme la Ginat-Messner-Davaille. Là par exemple, si l’on ne rencontre point de grosses difficultés, l’effort est « continu », la face ne permettant pratiquement jamais de repos ou de retraite …..que par le haut !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *