Les sommets de plus de 8000 mètres

Si on tient compte uniquement des sommets principaux, on dénombre 14 sommets de plus de 8000 mètres dans le monde. On les retrouve tous dans les massifs de l’Himalaya, de l’Inde à la Chine, en passant par le Pakistan et le Népal. Le plus haut sommet est l’Everest, culminant à 8848 mètres d’altitude, suivi du Mont Godwin-Austen (aussi appelé K2, ou Chogori ou Dapsang), à 8611 mètres.

Dans l’univers de l’alpinisme, on appelle ces 14 sommets « les quatorze 8000 ». Si le premier sommet de plus de 8000 (l’Annapurna à 8091 mètres) a été gravi en 1950 par Louis Lachenal et Maurice Herzog, deux alpinistes français, l’ensemble des 14 sommets a été « vaincu » pour la première fois en 1986 par l’alpiniste italien Reinhold Messner.

S’attaquer à un sommet de plus de 8000 mètres n’est pas donné à tous les alpinistes. En effet, outre la pression atmosphérique qui est 3 fois inférieure à 8500 mètres en comparaison à celle observée au niveau de la mer, la température chute d’environ 6,4°C tous les 1000 mètres de dénivelé. Notons que plus la pression est basse, plus on risque de subir le mal aigu des montagnes (MAM). Dans tous les cas, les conditions à plus de 8 000 mètres font que l’organisme n’arrive pas à se reposer, même la nuit pendant le sommeil, ce qui entraîne fatigue et baisse considérable des performances. Il est alors déconseillé de passer plus de 24 heures au-delà de 8000 mètres. Par ailleurs, il faut observer un temps de pause suffisant pour bien récupérer si l’on décide d’enchaîner plusieurs 8 000. Toutefois, on peut dire que les alpinistes actuels connaissent moins de difficultés que les pionniers des himalayistes. Beaucoup d’améliorations ont été effectivement observées au niveau du matériel, des techniques alpines en elles-mêmes mais aussi des techniques d’acclimatation, des transmissions et prévisions météorologiques (évitant par exemple de faire face à des vents de plus de 220 km/heure). D’autre part, les alpinistes bénéficient désormais de cartographie, de photo-satellites…

C’est ainsi qu’en septembre 2014, on dénombre 33 alpinistes ayant réussi à boucler les quatorze 8000, dont 2 femmes. 15 parmi ces 33 ont réalisé l’exploit sans jamais avoir eu recours à une bouteille d’oxygène. Notons que c’est en 2010 qu’une femme est arrivée pour la première fois à battre les quatorze 8000, en la personne de l’espagnole Edurne Pasaban.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *